AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bric à brac!

Aller en bas 
AuteurMessage
Madou ~

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Bric à brac!   Dim 25 Sep - 21:27

Juliette

Kit:
Spoiler:
 

Fiche:
Spoiler:
 


Dernière édition par Madou ~ le Dim 2 Juin - 14:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madou ~

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: Bric à brac!   Sam 8 Oct - 17:30

Autre

Kit:
Spoiler:
 

Fiche:
Spoiler:
 

Tektek:
Spoiler:
 

Kit:
Spoiler:
 

Sign:
Spoiler:
 


Dernière édition par Madou ~ le Dim 2 Juin - 15:40, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madou ~

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: Bric à brac!   Dim 2 Juin - 16:43

Avatar:
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 

Sign:
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 

Tailles différentes:
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 

Dessin:
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madou ~

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: Bric à brac!   Sam 29 Juin - 23:11



ETHAN
DESCRIPTION


Pseudo: Ethan
Age: 17 ans
Anniversaire: 31 Octobre
Royaume: Les exilés.
Qualités: → Sympathique, compatissant, déterminé, digne de confiance, optimiste, persévérant, ouvert d'esprit.
Défauts: → Curieux, orgueilleux, un peu pingre, maladroit, manque cruel de sens de l'orientation, légèrement vaniteux, désorganisé.
Don: Copier le don de quelqu'un d'autre, par contact physique et pendant une ou deux heures. Incontrôlé, attention !

Images


Lien

Badoum, badoum, padaboum tsoin tsoin. Arf-arf, Aïe - Ah !  Aoutch !!  Areu areu ….Arf. Arghl !! Atchoum !Boum bababam, badaboum. Bam, bim, bom, boum, bang, braoum, baoum ! Clac, crac, chlac : Chuuuuuut !! Coin coin ? Cocorico ! Cot cot. Ding Dong ! Driiiing !!! Erf, euh... Eurk ! Eho ? Gla gla....Glou-glou. Grrrrrrr !!!Gné ? Han ! Hé hé ! Ha ha ! Hi hi !  Hi han ! Humpf... Keuf-keuf !!! Miaou ? Miam, miam ! Ouaf ? Ouiiiiiiiin... ! Ohh ! Pif, paf pouf, pof, pam ! Pang, pan... Pin pon pin !!! Pin pon pin !!! Oups. Patati-patata. Patatra...Prout. Pschiiiiiiit ! Ron ron. Rhaaaa !!! Rôaaaar ! Slam ! Snif.... Tagada tagada, tchou tchou ! Tic-tac, tic-tac... Tuuuuuut ! Taratata tsoin-tsoin !! Urf ? Vlan ! Vrouuuuumm-vroum. Waouh ! Yep, yep. Youpi ! Zdoing ! Zzzzzzz...

Lien

Badoum, badoum, padaboum tsoin tsoin. Arf-arf, Aïe - Ah !  Aoutch !!  Areu areu ….Arf. Arghl !! Atchoum !Boum bababam, badaboum. Bam, bim, bom, boum, bang, braoum, baoum ! Clac, crac, chlac : Chuuuuuut !! Coin coin ? Cocorico ! Cot cot. Ding Dong ! Driiiing !!! Erf, euh... Eurk ! Eho ? Gla gla....Glou-glou. Grrrrrrr !!!Gné ? Han ! Hé hé ! Ha ha ! Hi hi !  Hi han ! Humpf... Keuf-keuf !!! Miaou ? Miam, miam ! Ouaf ? Ouiiiiiiiin... ! Ohh ! Pif, paf pouf, pof, pam ! Pang, pan... Pin pon pin !!! Pin pon pin !!! Oups. Patati-patata. Patatra...Prout. Pschiiiiiiit ! Ron ron. Rhaaaa !!! Rôaaaar ! Slam ! Snif.... Tagada tagada, tchou tchou ! Tic-tac, tic-tac... Tuuuuuut ! Taratata tsoin-tsoin !! Urf ? Vlan ! Vrouuuuumm-vroum. Waouh ! Yep, yep. Youpi ! Zdoing ! Zzzzzzz...

Lien

Badoum, badoum, padaboum tsoin tsoin. Arf-arf, Aïe - Ah !  Aoutch !!  Areu areu ….Arf. Arghl !! Atchoum !Boum bababam, badaboum. Bam, bim, bom, boum, bang, braoum, baoum ! Clac, crac, chlac : Chuuuuuut !! Coin coin ? Cocorico ! Cot cot. Ding Dong ! Driiiing !!! Erf, euh... Eurk ! Eho ? Gla gla....Glou-glou. Grrrrrrr !!!Gné ? Han ! Hé hé ! Ha ha ! Hi hi !  Hi han ! Humpf... Keuf-keuf !!! Miaou ? Miam, miam ! Ouaf ? Ouiiiiiiiin... ! Ohh ! Pif, paf pouf, pof, pam ! Pang, pan... Pin pon pin !!! Pin pon pin !!! Oups. Patati-patata. Patatra...Prout. Pschiiiiiiit ! Ron ron. Rhaaaa !!! Rôaaaar ! Slam ! Snif.... Tagada tagada, tchou tchou ! Tic-tac, tic-tac... Tuuuuuut ! Taratata tsoin-tsoin !! Urf ? Vlan ! Vrouuuuumm-vroum. Waouh ! Yep, yep. Youpi ! Zdoing ! Zzzzzzz...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madou ~

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: Bric à brac!   Dim 30 Juin - 22:22



ALICE
LIDDELL


Nom: Alice Liddell
Age: 18 ans
Conte: Alice au pays des merveilles - Lewis Carroll
classe: Troisième année.
Description: Polie / Curieuse / Schizophrène / Naïve / Douce.

Images


Lien

Surnom

Badoum, badoum, padaboum tsoin tsoin. Arf-arf, Aïe - Ah !  Aoutch !!  Areu areu ….Arf. Arghl !! Atchoum !Boum bababam, badaboum. Bam, bim, bom, boum, bang, braoum, baoum ! Clac, crac, chlac : Chuuuuuut !! Coin coin ? Cocorico ! Cot cot. Ding Dong ! Driiiing !!! Erf, euh... Eurk ! Eho ? Gla gla....Glou-glou. Grrrrrrr !!!Gné ? Han ! Hé hé ! Ha ha ! Hi hi !  Hi han ! Humpf... Keuf-keuf !!! Miaou ? Miam, miam ! Ouaf ? Ouiiiiiiiin... ! Ohh ! Pif, paf pouf, pof, pam ! Pang, pan... Pin pon pin !!! Pin pon pin !!! Oups. Patati-patata. Patatra...Prout. Pschiiiiiiit ! Ron ron. Rhaaaa !!! Rôaaaar ! Slam ! Snif.... Tagada tagada, tchou tchou ! Tic-tac, tic-tac... Tuuuuuut ! Taratata tsoin-tsoin !! Urf ? Vlan ! Vrouuuuumm-vroum. Waouh ! Yep, yep. Youpi ! Zdoing ! Zzzzzzz...

Lien

Surnom

Badoum, badoum, padaboum tsoin tsoin. Arf-arf, Aïe - Ah !  Aoutch !!  Areu areu ….Arf. Arghl !! Atchoum !Boum bababam, badaboum. Bam, bim, bom, boum, bang, braoum, baoum ! Clac, crac, chlac : Chuuuuuut !! Coin coin ? Cocorico ! Cot cot. Ding Dong ! Driiiing !!! Erf, euh... Eurk ! Eho ? Gla gla....Glou-glou. Grrrrrrr !!!Gné ? Han ! Hé hé ! Ha ha ! Hi hi !  Hi han ! Humpf... Keuf-keuf !!! Miaou ? Miam, miam ! Ouaf ? Ouiiiiiiiin... ! Ohh ! Pif, paf pouf, pof, pam ! Pang, pan... Pin pon pin !!! Pin pon pin !!! Oups. Patati-patata. Patatra...Prout. Pschiiiiiiit ! Ron ron. Rhaaaa !!! Rôaaaar ! Slam ! Snif.... Tagada tagada, tchou tchou ! Tic-tac, tic-tac... Tuuuuuut ! Taratata tsoin-tsoin !! Urf ? Vlan ! Vrouuuuumm-vroum. Waouh ! Yep, yep. Youpi ! Zdoing ! Zzzzzzz...

Lien

Surnom

Badoum, badoum, padaboum tsoin tsoin. Arf-arf, Aïe - Ah !  Aoutch !!  Areu areu ….Arf. Arghl !! Atchoum !Boum bababam, badaboum. Bam, bim, bom, boum, bang, braoum, baoum ! Clac, crac, chlac : Chuuuuuut !! Coin coin ? Cocorico ! Cot cot. Ding Dong ! Driiiing !!! Erf, euh... Eurk ! Eho ? Gla gla....Glou-glou. Grrrrrrr !!!Gné ? Han ! Hé hé ! Ha ha ! Hi hi !  Hi han ! Humpf... Keuf-keuf !!! Miaou ? Miam, miam ! Ouaf ? Ouiiiiiiiin... ! Ohh ! Pif, paf pouf, pof, pam ! Pang, pan... Pin pon pin !!! Pin pon pin !!! Oups. Patati-patata. Patatra...Prout. Pschiiiiiiit ! Ron ron. Rhaaaa !!! Rôaaaar ! Slam ! Snif.... Tagada tagada, tchou tchou ! Tic-tac, tic-tac... Tuuuuuut ! Taratata tsoin-tsoin !! Urf ? Vlan ! Vrouuuuumm-vroum. Waouh ! Yep, yep. Youpi ! Zdoing ! Zzzzzzz...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madou ~

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: Bric à brac!   Sam 6 Juil - 15:06




Alice's adventures

in the Shire

Chapter 1

L'unique

Marchant au beau milieu de l'allée, Alice commençait à être fatiguée de chercher. Un coup d’œil à droite et à gauche, il n'y avait rien là. Elle était cependant bien un bon endroit, toute la rue était emplie de divers magasins en tout genre, mais aucun ne correspondait à ce qu'elle voulait. Pourtant, il fallait bien qu'elle le trouve, ce n'était pas quelque chose de si rare dans un tel endroit. « Et, pensait Alice, à quoi peut bien servir une rue marchande sans un magasin de chaussures ? »
Elle était donc à la recherche (dans la mesure du possible, car la chaleur qui régnait ce jour-là lui engourdissait quelque peu l'esprit) d'une hypothétique boutique qui lui permettrait de se chausser. Car il faut le préciser, Alice n'avait pour unique brodequin qu'une misérable socquette crasseuse au pied droit, cela dût à une malheureuse baignade tout aussi imprévue qu'irrésistible dans un ruisseau plus tôt dans la journée. La pauvre enfant n'avait alors pu retrouver ses souliers en sortant ses ripatons des plus menues de la flotte qui se répandait à quelques pas de là.
Il n'y avait là rien de particulièrement remarquable : ce genre d'aventure avait tout d'ordinaire dans la vie de la jeune Alice. D'ailleurs celle-ci avait de la chance dans son malheur, car il se trouvait qu'elle avait deux livres qui lui restait dans la poche gauche de son veston. (Lorsqu'elle y repensa par la suite, elle se rendit compte qu'elle n'aurait de toute manière rien pu acheter avec cette monnaie en France, mais sur le moment il ne lui en paraissait rien) La recherche d'un bazar où trouver de quoi remplacer sa récente perte s'était alors imposé dans sa juvénile petite cervelle.

C'est en arrivant dans une grande place, tout au bout de la rue qu'elle venait de longer dans son entièreté, qu'elle se stoppa. Elle se retrouvait bredouille. C'était du moins l'impression qu'elle avait lorsqu'une étrange lumière attira son regard. Cela provenait d'un peu plus loin, quelque chose brillait grâce à l'éclairage de l’hélianthe céleste.  Alice, qui commençait à avoir mal aux yeux, s'approcha pour chopper le jonc réflecteur. Elle pu s'apercevoir ainsi que si l'astre s'y réfléchissait avec tant d'aisance, c'était qu'il était fort bien entretenu. Sa couleur doré resplendissait de milles feu sous les rayons de midi, ce qui était des plus étonnant pour quelque chose retrouvé dans un caniveau des plus infectes. « Eh bien ! se dit Alice, quelle étrange personne pourrait perdre son alliance dans un lieu aussi sordide ? »
Ainsi perdue dans ses pensées métaphysiques, Alice ne remarqua pas tout de suite la personne qui se dandinait quelques pas plus loin. Il n'y avait là rien de singulièrement notable ; et Alice ne trouve pas non plus très extraordinaire d'entendre l'être grogner et faire de petit gémissement plutôt inquiétant. (Elle admit par la suite qu'elle aurait sûrement dû se douter de quelque chose à ce moment là) Pourtant, lorsque la chose lui sauta dessus en s'écriant « Te revoilà ! » Alice se dressa d'un bond, car l'idée lui était tout à coup venue qu'elle n'avait jamais vu cette bête et que donc, elle ne pouvait être celle sur qui on se jetait.
Pourtant, elle dût se rendre à l'évidence même, celle qui était qu'elle se retrouvait bel et bien face contre terre. Sans comprendre réellement pourquoi elle s'était retrouvée être la cible de l'être étrange qui grognait juste devant elle, Alice se demanda si le plaisir d'être debout valait vraiment la peine de se relever. Pendant ce temps, l'animal biscornu semblait chercher quelque chose autour de lui, ne prêtant plus aucune attention à celle qu'il venait d'écraser, il grommelait et se parlait à lui même. Et, alors qu'Alice décida enfin de se remettre sur pattes, il sautilla et marcha recroquevillé jusqu'à elle. « Avez-vous vu, lança-t-il, mon trés-s-sor ? »

S'en suivit une courte mais grande réflexion de la part d'Alice, qui chercha au plus profond de ses souvenirs si elle n'en aurait pas vu un par total hasard. (Il faut préciser que pour notre chère enfant, un trésor se résume forcément à un coffre rempli de pièce d'or, rien d'autre ne pourrait être nommé d'une telle manière) Ayant bien réfléchit, elle s'empressa de donner la réponse attendue par le petit être ; elle n'en avait point vu depuis fort longtemps et en était navrée. Et c'est sans demander son reste que la bête disparue dans un coin, à la recherche de son bien.  « Quelle bizarrerie que de chercher un trésor en pleine ville, pensa Alice, on aurait tôt fait de le lui chaparder. » Maintenant droite, elle se dépoussiéra les vêtements quelques peu salis par son inattendue rencontre avec la glèbe urbaine, avant de se rendre compte de ce qu'elle serrait dans son poing. Elle avait totalement oublié le jonc des caniveaux. En effet, il se trouvait que, lorsqu'elle se retrouva dans un déséquilibre des plus total, elle eut le réflexe de serrer fort dans sa paume le petit cercle doré qu'elle venait de recueillir.


Chapter 2

Le petit-homme

En y prêtant un peu plus attention, il lui semblait apercevoir comme des écritures inscrites à l'intérieur même de l'objet. Les formes manuscrites évoluaient tout au long de l'article, et elle était précisément en train de se dire « Si seulement je pouvais réussir à les déchiffrer.... » lorsqu'elle fut quelque peu saisie de se trouver en présence d'un drôle de petit homme, dans un petit habit marron, à quelques mètres d'elle.
 En voyant Alice, le petit homme ne fit rien que de sourire.  Il avait l'air, estima-t-elle, d'avoir un caractère charmant ; pourtant il ne devait mesurer pas plus d'un mètre trente, et fumait constamment une pipe qui s'accordait aux couleurs de son habit, de sorte qu'elle se rendit compte qu'il convenait de le traiter avec respect. De plus, elle avait pu remarquer un détail qui avait son importance ; il était dépourvu, tout comme elle, de chaussures. Cela leurs faisaient un point commun.
 Fort de cette rencontre fortuite, le fumeur de pipe s'empressa de se rapprocher de la jeune Alice, à qui il semblait porter un grand intérêt depuis quelques secondes. « Bonjour petit-homme... » commença-t-elle, avec quelque appréhension, ne sachant si il ne le prendrait pas mal étant donné qu'il avait l'air plus vieux qu'elle. 
« Qu’entendez vous par là ? dit le semi-homme, Me souhaitez-vous le bonjour ou constatez-vous que c’est une bonne journée, que je le veuille ou non, ou encore que c'est une journée où il faut être bon ? »
 « Tout cela à la fois, je suppose. » fit remarquer Alice, s'étonnant d'un telle prise de tête pour un si petit mot pourtant si quotidien.

 « Cela n'a pas d'importance, reprit-il, dites moi ma chère, avez-vous quelques compétences d'agilités et en matière de vol ? Savez-vous vous faufilez dans les endroits les plus insolites et penseriez-vous faire une bonne espionne si l'occasion s'en présentait ? Aimez-vous l'aventure au point d'être prête à vous engouffrer dedans sans peur du moindre danger, je ne dis pas qu'il y aurait grand danger, peut être un peu, à peine, voyez-vous ! »
 « C'est-à-dire que je ne vois pas trop en vous voulez en venir avec toutes ses questions monsieur... » déclara Alice, quelque peu déroutée par ces questions incongrues.
 « Et bien, je n'irais pas par quatre chemin ; j'ai quelque à vous proposez, une sorte de petit service à me rendre, mais dans lequel vous vous y retrouverez complètement, ne vous inquiétée pas, il s'agit simplement de... » Le semi-homme fut coupé dans son explication par un homme imposant avec un chapeau pointu et une robe grisaillée. 
«  Bougre, qu'essaie-tu encore de faire à cette pauvre enfant ? » demanda-t-il avant de l'attraper à l'épaule pour l'éloigner d'Alice. 
« Je n'essaie rien, répliqua le semi-homme, je lui propose simplement de se joindre, à ma place, à une aventure pleine de charme, et avec si peu de danger. Vous savez, mon côté Touque à beau me crier de partir sans me retourner, je suis tout autant un Sacquet qui aime son confort, sans compter que je n'ai jamais quitter mon cul-de-sac ! Ainsi, même si j'en meurs d'envie, je ne peux y participer moi-même ; je me fais trop vieux pour ce genre d'escapade. Et je suis d'une telle maladresse que je n'y servirais à rien, je ne causerais que du tord.  Je suis un vieux pantouflard maintenant Gandafl, ce n'est plus de mon âge; nous sommes des gens paisibles et nous n'avons pas besoin d'aventures, comme on dit chez moi. Mais regardez-la, cette jeunette, elle ressemble en tout point au jeune Touque que j'ai pu être ; cette vivacité dans le regard, l'envie d'aventure qui s'y lit, un corps souple dont je n'ai aucun doute sur l'agilité. Elle ferait une parfaite éclaireuse ; elle n'est pas très grande pour une humaine et observer, aucune trace d'une quelconque chausse : elle se prend déjà pour une Hobbit ! » 
Pendant son petit discours, le semi-homme avait tourné autour de ses auditeurs jusqu'à former un cercle parfait, lequel fut terminé en même temps que la dernière syllabe du dernier mot de la dernière phrase de la tirade. 
Le mage profita que le Hobbit rallumait sa pipe pour lui répondre : « Je vois très bien  où vous voulez en venir ; elle vous remplacerait très bien. » Le semi-homme acquiesça et l'homme gris poursuivit : « Mais il est hors de question d'embarquer une adolescente dans cette histoire. »








Chapter 3

La quête

« Quels drôles de bonshommes ces deux là, pensa Alice, ils ne cessent de tourner autour du pot et de parler de moi, sans même me concerter et prendre mon avis en compte une seule fois. »
 Alice dut admettre que cette discussion avait beau porter sur elle, elle n'y était en aucun cas invité et donc, il n'y avait aucune raison pour laquelle elle aurait dut continuer de l'écouter, estima-t-elle. Ainsi, elle prit le temps d'observer les deux nouveaux arrivants. 
L'homme gris semblait fort âgé à bien le regarder ; sa barbe et ses cheveux étaient de la même couleur que sa longue robe, si bien qu'on avait du mal à distinguer le cheveux du tissu. Ce qui contrastait avec le semi-homme, qui lui portait un habit brun assez foncé avec quelques touches de verts et de blanc, et son pantalon était légèrement trop court, ce qui mettait en avant ses pieds velus et démesurés. Mais une chose les rassemblait ; ils semblaient tout deux sortit d'un autre monde, vêtues d'habits inhabituels dans ces ruelles, et parlant d'aventure et de « hobbit ». (Alice ne voyait pas encore très bien ce qu'était un « hobbit » ni ce qui pouvait être ce « cul-de-sac », mais elle savait qu'elle n'en avait jamais entendu parler auparavant)
 « Vous ne pouvez pas décider à sa place Gandalf, reprit le semi-homme, il faut qu'elle choisisse par elle-même si elle veut, ou non, partir dans cette aventure. Et pour cela, il faut qu'elle sache dans quoi elle s'embarquerait, laissez moi lui expliquer l'affaire. »

 Il rajouta du tabac dans sa pipe et la ralluma avant de s'asseoir en tailleur sur une pierre qui trônait là, afin de prendre de la hauteur. Alice s'assit par terre en face de lui et ouvrit grand les oreilles, telle une enfant face à son grand père qui s'apprêtait à conter son histoire, se rappelant des contes de son enfance qu'elle affectionnait tant.

 « Tout commença, il y a fort longtemps, dans une lointaine contrée à l’est. Une contrée comme on en trouve pas dans le monde d’aujourd’hui. Là-bas, se trouvait la ville de Dale, connus pour ses marchés regorgeant des produits de la ville et de la vallée. C'était une ville paisible et prospère, située aux portes du plus grand royaume de la terre du milieu, sur Erebor, ou la Montagne Solitaire. 
Son roi, Thror, le plus puissant des seigneurs nains, régnait avec la plus grande confiance et il ne doutait pas de l’avenir de sa maison car sa lignée était assurée dans la personne de son fils et celle de son petit fils. La splendeur de cette ville fortifié, bâtie au sein même de la montagne était légendaire. Toute sa richesse provenait de la terre ; pierres précieuses, filons d'or, tout couraient telles de rivières à travers la roche.
Mais toute cette richesse finit par rendre Thror avide, tous devaient lui rendre hommage, même le grand roi des elfes : Thranduil. La passion dévorante qui nourrissait Thror pour l'or le rendit malade, malade de l'esprit. Et quand la maladie vous ronge, le malheur n’est pas loin. Ils entendirent tout d’abord un bruit semblable à celui d’un ouragan qui venait du nord. Et les pins de la montagne qui grinçaient et craquaient sous l’assaut du vent roulant.
C’était un cracheur de feu venu du nord. 
Ce jour vit des morts aussi cruelles qu’inutiles car cette ville des hommes n’était rien pour le reptile. Il visait un tout autre but, les dragons convoitent l’or avec une avidité féroce. Erebor était perdue car un dragon veille sur son butin aussi longtemps qu’il vit. Smaug était venu, et il ne repartirait pas de si tôt. Thror dû s'enfuir avec son peuple, dépouillés de leur royaume, les nains d’Erebor furent réduis à l’errance dans les terres désolés. Peuple jadis puissant et désormais abattu. »

 Le semi-homme sauta du roc sur lequel il était perché et s'approcha de l'homme gris sans lâcher Alice du regard, un sourire aux coins des lèvres. « Il s'agit donc, reprit-il, de rejoindre le petit fils de Thror et ses douze compagnons, d'atteindre la montagne et de botter le cul du vilain dragon ! Facile non ? En plus Gandalf vous accompagne, c'est cadeau ! »
 « Sot ! s'exclama le vieil homme, Vous savez très bien que cette aventure est pleine de risques, ça ne se fait pas comme ça d'attaquer un dragon ! »
 Alice, qui avait pris la peine de se relever entre-temps, ne put s'empêcher de sourire en les voyant se disputer, les trouvant très drôles et en venant même à se demander si ils ne sortaient pas d'un cirque. 
« J'ai beaucoup apprécié votre histoire monsieur, dit Alice, et je m'enthousiasme à l'idée de vous accompagner. Cependant, comme vous l'avez remarquer, je n'ai pas de chaussures, et s'il faut aller dans la montagne je ne pourrais pas m'en passer... Oh, je sais ! »
 Alice venait de se rappeler de ce qu'elle avait dans la poche, sa bague doré. Elle ne cessait de l'oublier (mais il fallait avouer que depuis qu'elle l'avait trouvé, il lui arrivait une suite de choses des plus inattendues) Enfin, elle estimait que cette babiole devait valoir assez d'argent pour qu'on lui cède une paire de bottes en échange. Elle sortit aussitôt l'article, ce qui eu pour effet de provoquer une large surprise de la part du mage et du semi-homme, qui s'écrièrent quasiment en même temps : « Mon/L'anneau !! »





Chapter 4

Le combat

Alice n'avait pas prévue une telle réaction de la part de ses deux interlocuteurs, encore moins lorsque le semi-homme se mit à l'accuser de vol alors que le mage lui répliquait sur l'horreur que pouvait provoquer ce petit anneau, expliquant qu'il était l'objet le plus maléfique qu'il soit et qu'il plongerait le monde dans les ténèbres si on ne faisait rien. Les deux hommes se mirent à se disputer de plus belle ; l'un voulait récupérer son bien, l'autre le détruire.
 Au milieu de la joute verbal, Alice se sentait comme une petite fille qui aurait fait une grosse bêtise, et dont les parents n'arrivaient pas à se mettre d'accord sur la punition adéquate. Se sentant rapetisser à chaque phrase prononcé par l'un ou l'autre, elle commença à faire quelques pas en arrière, le plus doucement possible, afin de s'échapper discrètement.
 Une fois éloigner du lieu du combat, elle pris l'anneau entre son index et son pouce, regardant à l'intérieur les deux guerrier. La bague, exposée au tournesol astral, étincelait à nouveau et l'on pouvait distinguer ses écritures gravées. Alice se demandait bien commun un si petit objet pourrait causer tant de tord. « La fin de l'humanité ? pensa Alice, Serait-elle si fragile pour craindre une babiole qui brille ? »
 
Perdue dans ses pensées, Alice admirait l'anneau sans faire attention à ce qui se passait autour d'elle ; Elle ne remarqua pas l'ombre tordu qui se faufilait dans son dos sans un bruit, et eut à peine le temps d'entendre un murmure quasiment inaudible : « Où es-tu mon précieux... ? » qu'elle se retrouva une fois de plus allongée face à face avec le trottoir.
 Quelque chose était sur elle et cherchait la bagarre, Alice tenta tant bien que mal de se défendre mais manquait de force. Heureusement, cela ne dura pas plus de quelques secondes, après quoi, l'être s'enfuit et se faufila entre les branches d'un arbre, content de lui, il parlait à son bien-aimé.
 « Mon précieux... Il ne fallait pas t'en aller, je prendrais toujours soin de toi, tu le sais bien. Oh, je sais, c'est cette stupide fille qui t'avais capturé ! Mais ce n'est rien, tu es de retour maintenant... »
 La dispute stoppa net, et le semi-homme bondit vers l'arbre, s'efforçant à tenter de gravir l'obstacle pour récupérer ce qui lui appartenait, d'après lui. L'homme gris lui, essaya de ramener à la raison les deux corrompu ; sans succès. Son discours sur la tragique fin du monde causée par un anneau des plus maléfiques censé ramener à la vie l'un des êtres les plus avide et foncièrement méchant qui n'est jamais existé leurs passait totalement au dessus des oreilles. (Ce qui, remarqua Alice, n'était pas très difficile, vu leurs taille) 

Tout ce chahut était extrêmement confus et donnait un mal de tête affreux à Alice, qui prit la décision de les laisser à leurs affaires. Après tout, la fin du monde, les anneaux machiavélique, et tout ça, ce n'était pas ses affaires. Elle, elle n'avait fait que tombé sur quelque chose de doré qui brillait dans un caniveau, si cet objet leur était si cher, elle se demandait bien comment avaient-ils pu le laisser tomber dans un tel endroit. 
Alice pris la direction de l'académie sans demander son reste.




Epilogue

La fin d'un conte

En retournant d'où elle était partie au petit matin, Alice fit la rencontre de deux joyeux lurons qui se tenait l'un à l'autre pour ne pas perdre l'équilibre. Ils faillirent plusieurs fois mordre la poussière, mais leurs étonnantes façon de se cramponner les rendaient presque invincible face à l'appel terrestre. Un autre les rejoignit, un peu plus joufflu, qui n'avait pas l'air aussi bon-vivant que les deux premier. Il tentait de les raisonner et de les ranger dans le droit chemin, leur expliquant que ce n'était pas le moment de fait la fête.
Alice les regarda sans rien dire, les laissant la dépasser en l'ignorant totalement, on eut dit qu'elle était devenue invisible. Les trois jeunes gens continuèrent leurs routes et disparurent au coin de la rue. (Ajoutons qu'Alice ne pu s’empêcher de penser au petit homme à la pipe en les voyant, leurs trouvant nombres de points communs)
Alice secoua sa tête, comme pour chasser le mal de crâne qui lui prenait, se demandant bien pourquoi fallait-il toujours qu'elle tombe sur les personnes les plus étranges qu'il soit. Reprenant son chemin, Alice prit une grande décision : elle marchera pieds nus désormais, c'est moins nocif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bric à brac!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bric à brac!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Bric à Brac-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit