AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Autant En Emporte Le Vent ~

Aller en bas 
AuteurMessage
La Psychopathe
❧ I'm madness !! ☙

avatar

Messages : 364
Date d'inscription : 18/12/2010

MessageSujet: Autant En Emporte Le Vent ~   Dim 24 Juil - 19:50

Arthur se réveilla en sursaut d'un sommeil troublé. Durant toute la nuit, il n'avait cessé de se lever pour aller boire, de faire les cents pas dans ses quartiers, manquant de réveiller le reste de sa famille. Il sentait que quelque chose de malsain se tramer et allait s'écraser sur lui au moment où il ne s'y attendrait pas. Poussant un soupir, le jeune Prince se leva aussi doucement qu'il le pouvait, faisait grincer son vieux lit en bois de chêne. Il s'habilla hâtivement, ouvrit la porte avec délicatesse, sortit de sa chambre puis se mit à dévaler les escaliers. Une fois en bas, il ouvrit les lourdes portes du château. L'air frais du matin lui caressa le visage telle une main maternelle, lui ébouriffant ainsi ses cheveux d'un noir de jais. D'un pas rapide, Arthur se rendit aux écuries, sella son cheval et l'enfourcha. Il avait besoin de prendre l'air et une petite promenade avec sa monture ne lui ferait aucun mal.

   Vif et élégant, un cheval noir galopait avec aisance entre les troncs massifs de la forêt d'Eridu. Le sol dégagé lui permettait de conserver une bonne allure sans être gêné, et l'espacement des vieux arbres lui évitaient de terribles détours. Arthur ne faisait rien pour l'arrêter, il profitait juste de ce moment de liberté. L'étalon filait si vite, les yeux brillants et la tête haute. Baignée d'une lueur d'émeraude, la forêt semblait sereine, apaisante. Mais ceux qui la connaissaient bien la trouvait étrange. Pour commencer, des animaux plus dangereux les uns que les autres abritaient les terriers, les trouées, les creux des arbres. Enfin, chaque endroit qu'on aurait pu croire inaccessible. Et de la même façon, l'on racontait qu'une cité cachée logeait dans les arbres et que l'on pouvait la remarquer seulement si l'on était attentif. Mais Arthur n'était pas venu pour vérifier si tout ce que l'on racontait était vérité ou purs mensonges. Calme et liberté, voilà ce qu'il était venu chercher dans cette forêt, même s'il savait que ce n'était pas vraiment le lieu le plus adapté pour faire la sieste.
   Poussant un nouveau soupir, le Prince d'Ysuder s'arrêta instantanément et mit pied à terre. Il préférait continuer à pieds car le sol était marécageux et le cheval aurait pu s'y enfoncer profondément. Arthur avait déjà entendu parler d'un autre chevalier, comme lui, qui avait perdu son destrier en s'aventurant dans un marécage. Raisonnable, il avait préféré ne pas faire de même, au risque de perdre son fidèle Desado.

   « Allez, viens » fit le jeune homme en tapotant son encolure d'une main et tenant le filet de l'autre. « Tu ne risque rien mon vieux » fit-il d'une voix calme et apaisante pour le rassurer.

   Après avoir insisté maintes et maintes fois, le prince parvint enfin à rassurer son cheval qui le suivit sans aucun problème. Une fois sorti des marécages, les deux inséparables se dirigèrent vers une clairière faiblement éclairée par les rayons du soleil. Arthur l'observait avec circonspection, lorgnant pensivement une série d'empreinte dans la terre meuble qui n'était pas envahie par les mauvaises herbes. Ces marques étaient bien trop petites pour appartenir à un cheval ou à un cerf. De plus, elles avaient un côté anguleux et pointu qu'il n'arrivait pas à associer à un animal. Tout ce que cela lui évoquait, c'était un petit animal trapu et hirsute. Mais sûrement était-ce l'effet de son imagination ? Il haussa les épaules et décida de ne pas trop s'attarder là-dessus, préférant inspecter avec minutie la clairière.
   Déserte. Oui, la clairière était déserte, comme tous les coins du royaume d'Ysuder qu'il avait visité jusqu'à ce jour. Le Prince ne voyait aucun danger potentiel et c'est ainsi qu'il s'avança dans la clairière, sans rien craindre. Un oiseau plus osé que les autres pépia plus fort sur son passage, semblant lui souhaiter la bienvenue ou quelque chose dans le genre. Et chose totalement absurde, le grand étalon noir le salua d'un petit signe de tête qui ravi le minuscule animal. Un timide rayon de soleil tomba sur Arthur, donnant la fausse impression de raviver les couleurs de son visage blafard. La saison était fortement avare en chaleur et en rayons de soleil, sans parler des moments où il y avait les deux en même temps. Le jeune homme attacha sa monture à un arbre qui piaffa pour montrer son mécontentement et s'allongea sur l'herbe, non loin d'elle. Aujourd'hui était encore un nouveau jour, qui allait passer tout aussi lentement que les autres. Un nouveau jour où il allait encore passer sa journée de chevalier à se prélasser sur l'herbe, seul et sans compagnie pour lui redonner, un temps soit peu, le sourire. Arthur en venait même à se demander, ces temps-ci, si une personne au monde se préoccupait vraiment de lui ? Il avait l'impression d'être rejeté par tous et c'était pour cela qu'il s'isolait dans la forêt, le cœur plein d'amertume.

   « Quelle belle journée » marmonna t-il sur un ton sarcastique. En effet, c'était un de ces jours où la bonne humeur n'était pas au rendez-vous pour le Prince d'Ysuder. Renfrogné et grognon, ce n'était pas vraiment le moment de venir le voir pour lui annoncer une terrible nouvelle. A moins que vous ne souhaitiez vous prendre un coup d'épée en pleine figure. A vos risques et périls.

._._._._._._._._._._._._._._._._._.


Dernière édition par La Psychopathe le Mar 13 Aoû - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-t-isa.forumgratuit.org
La Psychopathe
❧ I'm madness !! ☙

avatar

Messages : 364
Date d'inscription : 18/12/2010

MessageSujet: Re: Autant En Emporte Le Vent ~   Dim 24 Juil - 19:50

« Je t'aime Lucinda. » Cracha presque Lucinda. La jeune femme se racla la gorge de mécontentement. Elle ne voulait pas être aimé. L'amour c'est de la merde. Pour être poli. Son regard bleuté tomba sur une rose rouge tellement belle. Ses cils papillonnèrent devant une telle beauté, une beauté inaccessible. Il y avait trop de piquant sur sa tige. Luce grommela. Elle voulait cette belle fleur. Ses longs doigts anguleux allèrent se poser sur la tige verte, s'enfonçant au passage les piquants dans les doigts. La dragonne grimaça et d'un coup sec cassa la tige laissant coulé une sève gluante et qui collait horriblement. Elle retira ma main meurtrie par les marques de griffures et toutes les petites plaies superficiels laisser par la plante, mais son autre main tenait encore la magnifique rose. D'un mouvement aussi cassant que la première fois elle retira les petites piques une à une. Lui laissant à la fin un trop plein de sève coulait de la tige. Elle n'allait pas durer longtemps. Mais qu'importe. La beauté est éphémère, même pour les Hommes. On peut être beau qu'un temps, qui aussi arriver repars au triple galop. Monde éphémère. Luce avait vu mourir plein de monde devant ses yeux, souvent de vieillesse. D'autres fois à cause de maladie plus ou moins grave. A chaque fois de nouvelles têtes étaient venues et l'avait soutenu. Tandis que la dragonne vieillie moins rapidement que c'est congénère les humains qui avaient une espérance de vie limitée en temps. Ils ne dépassaient pas les cent ans. Alors qu'un dragon avait plein de vie ! Luce porta la fleur à ses lèvres et huma la fleur passa sa langue sur celle-ci d'un geste lent, savourant toute la palette d'odeur émanant de la fleur. Tandis qu'elle faisait ça elle ferma à demi les yeux et un sourire, bien que petit, se dessina sur ses lèvres douces. Elle sentait si bon.

Tandis qu'elle était absorbée par la demoiselle rouge ses pieds marchaient d'eux-mêmes. Lorsqu'elle releva la tête elle était complètement perdue au milieu de la végétation. Elle s'arrêta et scruta autour d'elle pour voir si quelque chose lui indicerait quel chemin prendre ou si elle avait déjà vu la végétation. Rien. Luce était perdue. Elle lâcha un soupire. Et continua sa marche toute la nuit durant. La nuit était le seul endroit où Luce pouvait dire qu'il faisait bon, car en journée il faisait bien trop chaud pour elle. Ainsi elle marcha jusqu'à la clairière qui était dans la forêt. Une clairière tout ce qu'il y a de plus basique. Avec une herbe verdâtre. Qui n'était pas visible alors que l'aube commençait à se lever, ne laissant filtrer aucun rayon de son soleil. On distinguait un peu l'environnement. Qui était vide. Ou pas. A l'autre bout de la clairière une petite tâche toute en longueur. Se rapprochant de plus en plus, la tâche devint plus que ça. Elle devint un jeune homme. Allongé dans l'herbe. Tranquillement. Luce se mordit les lèvres. Faire demi tour ou au contraire venir à la rencontre du jeune homme dont elle ne distinguait pas les traits de son physique. La jeune fille secoua sa tête et ainsi elle continua de marcher en direction du jeune homme, d'un pas las d'avoir marché toute la nuit sans s'arrêter pour retrouver son chemin. S'arrêtant à quelques mètres du jeune homme.

« Bonjour. Je suis ravi de voir une tête ici. » Dit-elle sur un ton agréable et chaleureux. Elle voulait être agréable et rester en bonne compagnie. Pour cela, elle avait utilisé une voix qui ferait fondre une montagne enneigée.

._._._._._._._._._._._._._._._._._.


Dernière édition par La Psychopathe le Mar 13 Aoû - 21:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-t-isa.forumgratuit.org
La Psychopathe
❧ I'm madness !! ☙

avatar

Messages : 364
Date d'inscription : 18/12/2010

MessageSujet: Re: Autant En Emporte Le Vent ~   Dim 24 Juil - 19:52

Le silence. Ce doux silence qui régnait dans ce lieu paisible et calme, ce doux silence onirique. Arthur observait les arbres, balayés par le vent léger qui soufflait dans la forêt d'Eridu. Couché sur l'herbe fraîche où fourmillait des milliers d'insectes plus divers les uns que les autres, il regardait le ciel clair et parsemé de quelques nuages, que l’on devinait à travers les branchages bien qu'ils soient peu espacés. Il y avait des jours comme celui-là où le cœur du jeune Prince se serrait. Des jours comme aujourd'hui où il levait les yeux vers la voûte céleste qui ne lui répondaient jamais et où son esprit vagabondait au gré des souvenirs d'antan. Des jours où la silhouette de sa mère se dessinait sous ses yeux à chaque fois qu'il regardait quelque chose. Mais cette silhouette était le fruit de son invention. Jamais il n'avait pu lui adresser de belles paroles, étant donné qu'elle était partie trop tôt. Il ne savait même pas de quelle couleur étaient ses yeux qu'il devinait vert émeraude, comme les siens. Pire encore. Il ne connaissait même pas son nom, c'en était malheureux. Son père s'était toujours refusé à lui dire quoi que ce soit sur celle qui avait été son amante d'un soir. Et voilà qu'encore, le chevalier se remettait à penser à celle qu'il ne connaitrait sans doute jamais. Triste destin ma foi.

Lentement, Arthur se redressa et cala sa tête contre l'arbre, lorgnant pensivement la clairière d'un œil morne. La nuit avait été longue, sauvage. Elle ne lui avait laissé aucun répit. Il avait très mal dormi, agité par des frissons fébriles. Mais pourquoi était-il dans cet état ? L'on pouvait remarquer que son visage était pâle et son corps malingre, transpercé par la fatigue. Le Prince d'Ysuder avait de plus en plus de mal à dormir, sentant un danger imminent planer au-dessus de sa tête. Etait-ce une fausse intuition ou la stricte vérité ? Il n'en savait rien et préférait oublier. La vie était pleine de mystère qu'elle nous dévoilait souvent aux derniers moments.
Les cheveux du jeune homme étaient inlassablement balayés par le vent matinal qui soufflait dans la clairière où il se reposait, tentant de se changer les idées bien que cela ne fut pas chose facile. Un brin d'argent resplendissait sur quelques unes de ses mèches qui tombaient élégamment sur son front. Sa peau était pâle, mais bien plus qu'à son habitude. Portant haut la tête, Arthur semblait flamboyer d'énergie contenue, altier et déjà puissant bien qu'il ne soit pas en très grande forme ces temps-ci. Son regard d'émeraude, ombré de cils noirs possédait déjà l'aspect perçant de ses aïeux. Mais le jeune Prince restait un homme qui aimait faire le joli cœur auprès des dames. Et voilà à quoi il pensait en cet instant. Amusé par ce jeu qu'il considérait comme tel, il bouillonnait d'une vigueur et d'un charme surprenant qui en séduisait plus d'une.

Soudain, une belle dame surgit des troncs d'arbres teintés d'émeraude, telle une déesse invoquée par le chevalier. Elle se tenait droite face à lui tandis que le jeune homme la regardait sans bouger. Elle était de grande, aux environs des un mètre soixante quinze, légèrement plus petite que l'héritier. Mais ce qui étonna le plus Arthur, ce furent ses cheveux d'un rose éclatant, tellement long qu'ils arrivaient jusqu'à ses reins. Ses yeux étaient clairs, tirant plus vers le bleu cyan qu'autre chose. Quant aux vêtements qu'elle portait, ils avaient tout pour plaire au chevalier.

« Bonjour. Je suis ravi de voir une tête ici. » fit la jeune femme sur un ton agréable et mielleux, sortant le Prince de son état de transe dans lequel il était plongé. Posant une main contre le tronc de l'arbre, il se releva avec délicatesse et regarda son interlocutrice sans ciller.

« Bonjour ... Je m'appelle Arthur. Arthur Coolidge. Et vous ? » se présenta t-il en inclinant légèrement la tête, ce qu'il avait l'habitude de faire quand il rencontrait des personnages importants dans la hiérarchie d'un quelconque royaume.

._._._._._._._._._._._._._._._._._.


Dernière édition par La Psychopathe le Mar 13 Aoû - 21:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-t-isa.forumgratuit.org
La Psychopathe
❧ I'm madness !! ☙

avatar

Messages : 364
Date d'inscription : 18/12/2010

MessageSujet: Re: Autant En Emporte Le Vent ~   Dim 24 Juil - 19:52

Son regard rencontra celui du jeune homme. Marquait par deux magnifiques paires d'émeraude à la place des yeux. Ses yeux étaient si éclatant de vie. D'une sorte de lueur noble... Sur qui Luce était encore tombé. De haut en bas elle le détailla sans être très discrète. Son visage était long. Surmonter de cheveux bruns sombres qui lui tombait au bas de la nuque. Comme je les dis, sur son visage qui était assombri par ses cheveux il y avait deux yeux vert brillant intensément. Posant une main sur le tronc de l'arbre contre lequel il était accoudé un peu plutôt. Ne la quittant pas des yeux les yeux de la jeune femme qui fit de même de son côté. Il se releva avec une délicatesse qui n'est généralement pas celui d'un jeune homme. Les hommes sont... brutaux... Ils sont... Tout sauf délicat. Il lui indiqua son prénom. Lui révélant ainsi qu'il était un certain Arthur Coolidge. Accompagné de son prénom il fit une petite courbette pour la saluer. Luce en fut honoré et sur ses lèvres se dessinaient un sourire qui était plus ou moins grand. Luce mit la main qui ne tenait pas la robe derrière son dos, cachant ainsi ses blessures, quoi que superficiel. Serrant celle-ci pour je ne sais qu'elle raison. Elle lui répondit d'un ton léger. Chaleureux. Tout comme la première phrase qu'elle eut dite :

« Je me nomme Lucinda Zackiel Maxime. Elle s'inclina à son tour, faisant une courbette bien bas. Se dressant elle lui tandit sa rose. Celle qui l'avait accompagné jusqu'à là. Elle ouvrit la bouche et quelques mots en sorti. Ou plus simplement Luce, Lulu ou Luci. Tous les surnoms que vous vous voudrez. » Retirant la main de son dos elle la porta à sa bouche poussant un petit hoquet d'étonnement. Maintenant le baiser de Nishiyoko lui revenait. Ses lèvres douces poser sur les siennes. Qu'est ce qu'elle avait été conne, lui faisant confiance, bien trop rapidement. Elle n'aurait jamais dû. Joie éphémère. Qui lui avait donné des étoiles dans les yeux. Instant furtif. Pourtant... Les lèvres qui s'étaient posés sur les siennes avant quoi il l'avait vidé de son sang et lui faire tomber dans les pommes. Quand on y repense c'est terriblement gonflé. Aussi douloureux qu'un couteau qu'on enfonçait dans la chaire, mais tout cela s'était mentalement. Luce s'en voulus de sa faiblesse passagère et fronça les sourcils. La main qui était sur ses lèvres se posa dans son cou, sentant sous ses doigts les deux petits trous qu'il avait laissés contre son grès. Pendant qu'elle pensait à tout cela, son regard c'était posé sur le sol. Petit à petit elle le remonta et regarda le jeune homme dans les yeux.

« Désoler... C'est... Rien... »

._._._._._._._._._._._._._._._._._.


Dernière édition par La Psychopathe le Mar 13 Aoû - 21:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-t-isa.forumgratuit.org
La Psychopathe
❧ I'm madness !! ☙

avatar

Messages : 364
Date d'inscription : 18/12/2010

MessageSujet: Re: Autant En Emporte Le Vent ~   Dim 24 Juil - 19:53

Pour le coup, Arthur en était presque intimidé. Il dévisagea durant quelques secondes celle qui venaient d'apparaître de derrière les arbres, et qui l'observait elle aussi. Il était hésitant à jouer le séduisant et beau jeune homme auprès d'elle, sidéré par cette apparition qui, dans la pâle clarté du soleil, ressemblait plus à une apparition qu'à autre chose. Puis, après que cet instant d'étonnement fut passé devant une telle jeune femme, Arthur esquissa un large sourire qui illumina tout son visage. Ses cheveux d'un noir de jais étaient sans cesse balayés par le souffle du vent qui avait pénétré en ce lieu, et quelques mèches tombaient avec élégance sur le côté gauche de son visage, obstruant ainsi la moitié de son œil. Mais malgré cela, ses yeux ne cessaient de fixer cette belle inconnue. D'un ton léger, voire chaleureux, elle répondit au jeune Prince.

   « Je me nomme Lucinda Zackiel Maxime. Ou plus simplement Luce, Lulu ou Luci. Tous les surnoms que vous vous voudrez. » fit-elle en effectuant une grande courbette. Quand elle se redressa, elle tendit son bras pour donner la rose au chevalier qui ne sut que dire sinon que lui adresser un aimable sourire. La jeune femme porta une main à sa bouche, perdue dans les méandres de son esprit, et tout aussi lentement, la fit glisser le cou de son cou pour arriver à deux profondes entailles causés par quelque chose d'acéré. Comme des crocs. Petit à petit, avec une lenteur tout aussi démesurée, ses yeux remontèrent le long du corps musculeux d'Arthur qui frissonna de tout son long.

   « Désolée... C'est... Rien... » souffla t-elle, revenant peu à peu à la réalité. Le Prince hocha légèrement la tête, préférant ne pas la questionner, estimant qu'elle trouverait peut-être cela impoli voire indiscret. Tout doucement, et avec une légèreté surprenante, il s'approcha de la dénommée Lucinda et lui prit le bras pour lui faire un baise main, comme il le faisait si souvent par politesse. Arthur posa délicatement ses fines lèvres sur le dos de sa main, resta ainsi quelques secondes puis se retira en regardant la jeune femme droit dans les yeux.

   « Enchantée de vous connaître Lucinda. Quel beau nom avez-vous d'ailleurs ! » chuchota t-il d'une voix suave et mielleuse, comme à son habitude. Il n'était nullement intimidé à présent et avait dit cela avec une confiance étonnante, sans bredouiller ni marquer un temps de pause. Le chevalier se perdit à contempler son corps sculpté si minutieusement et avec une remarquable adresse. Une perle rare dans ce monde peuplé de créatures plus bizarres les unes que les autres et qui s'en prenaient, pour la plupart, aux humains qui se faisaient d'ailleurs de moins en moins nombreux.

   « Mais que faites-vous là, si ce n'es pas indiscret ? Avec toutes les créatures et les vagabonds qui rôdent ... Ce n'est guère prudent. » se laissa t-il emporter, alors qu'il s'était promis de ne pas poser trop de questions. Enfin bon, c'était fait, tant pis. Arthur détourna le regard pour s'attarder sur une jolie fleur à ses pieds, tenant toujours la rose que lui avait offert Lucinda dans l'autre main.

._._._._._._._._._._._._._._._._._.


Dernière édition par La Psychopathe le Mar 13 Aoû - 21:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-t-isa.forumgratuit.org
La Psychopathe
❧ I'm madness !! ☙

avatar

Messages : 364
Date d'inscription : 18/12/2010

MessageSujet: Re: Autant En Emporte Le Vent ~   Dim 24 Juil - 19:53

« Désolée... C'est... Rien... » Que de maigre excuse pour véritablement cacher son inquiétude. Pas vraiment de l'inquiétude, mais quelque chose de très étrange. Une chose qui l'avait fait perdre son sourire qui était si naturel chez elle. Lentement, sans que Luce face quoi que ce soit, le jeune homme s'approcha d'elle. Pour déposer sur le dos de sa main un baiser qui fit lâcher à Luce un petit hoquet d'étonnement et presque aussi automatiquement Lucinda eu les joues rosés. Quelques secondes durant laquelle le jeune homme avait ses lèvres sur sa main, Luce resta incrédule. Lorsqu'il se redressa il plongea son regard émeraude dans celui bleuté de Luci. Elle fit deux yeux ronds d'étonnement et de même, fit un pas en arrière. Comme un cavalier désarmer par son cheval. Lucinda déglutit alors que le jeune homme entama sa phrase dans laquelle il disait qu'il était enchanté de la connaître et aussi qu'elle avait un beau nom. Ce qui eut pour effet de la rendre encore plus rouge. Au point que sa figure entière le soit. Elle était comparable à une tomate ou un poivron rouge. Sachant que la voix du garçon était mielleuse... Et d'une voix suave, agréable à l'oreille. Il l'avait chuchoté tellement sensuellement. Mais qu'est-ce que je dis ? ! La jeune fille a vraiment le don de tomber sur des damoiseaux qui en veulent à sa beauté. Qui la dévisageait pour sa beauté. Ainsi elle devait être un joué en forme humaine. Cruelle sort pour la jeune femme qui ne voulait qu'une personne sérieuse et une relation a long terme. Bien que ce ne soit pas son but premier, car celle-ci détestant l'amour. En parlant de sa tient. Arthur l'a lorgné au point qu'on aurait pu croire qu'il croquerait ladite Lucinda pour son corps de rêve. Il reprit la parole, après l'avoir longuement regardé. Il lui demandait, un jeune homme bien curieux, ce que Luce faisait là, qu'avec toutes les créatures et les vagabonds qui rôdent ce n'était guère prudent. S'il savait que la déesse aux cheveux rose était en fait une dragonne pas tellement petite. Mais il ne pouvait bien sûr pas le devinait, parce qu'il n'était pas devint. Lucinda sourit, malgré ses joues qui étaient encore rouges.

« Ne vous inquiétez pas pour ça. J'ai mes propres armes. Les animaux partent avant, ils ont peur de moi. Souciez vous plutôt pour vous. » Sa voix avait reprit son assurance, elle avait dit ses quelques mots avec une légèreté incroyable. Pas vraiment incroyable, mais important. De nouveau la jeune femme repensa à l'instant d'avant. Le fait que le jeune homme lui avait fait un baisse-main et surtout le timbre de voix qu'il avait empreinte. Tout cela fit devenir Luce encore plus rouge qu'elle ne l'était déjà. Elle était bien trop rouge à présent. Et ce qui devait arriver arriva. Le nez de la jeune femme se mit à saigné, hémorragie nasale. Parfait ! Luce mit directement sa main sur son nez essayant de contenir le sang. Peine perdue. Le sang perlés déjà sur le sol. Elle se retourna et commença rapidement à marcher en direction de quelque chose qui pourrait arrêter son saignement. Une flaque ! Un lac ! Une rivière ! De l'eau, Luce voulait de l'eau. Pour nettoyer sa main, mais aussi son nez ! Le bas de son visage était lui aussi en sang. Sur les lèvres de Luce ils y avaient un goût de fer très prononcé. Elle avait dans la bouche le goût du sang, le goût de son sang. Malheur.

._._._._._._._._._._._._._._._._._.


Dernière édition par La Psychopathe le Mar 13 Aoû - 21:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-t-isa.forumgratuit.org
La Psychopathe
❧ I'm madness !! ☙

avatar

Messages : 364
Date d'inscription : 18/12/2010

MessageSujet: Re: Autant En Emporte Le Vent ~   Dim 24 Juil - 19:55

Arthur contemplait la belle demoiselle qui se trouvait face à lui de son regard d'émeraude. Quelque centimètre seulement les séparait et il se retenait à grande peine de ne pas la toucher, rien que pour voir si elle était vraiment réelle. Sous le pâle soleil matinal qui resplendissait dans le ciel, on aurait pu croire à une apparition, une déesse envoyée parmi les mortels pour les sauver d'un fléau. La dénommée Lucinda poussa un hoquet d'étonnement après le baisemain du jeune homme, et devint rouge pivoine. Ce qui, bien sûr, fit sourire le Prince de toutes ses dents. Quand il replongea à nouveau son regard dans le sien, elle sembla désarmée face à une telle situation et se mit à reculer de quelques pas. L'on aurait pu la comparer à une tomate ou encore à un poivron, une pivoine, tant elle était rouge, sous le coup de l'émotion. La jeune femme esquissa un léger sourire malgré la gêne qu'elle ressentait puis déclara, avec son assurance habituelle :

« Ne vous inquiétez pas pour ça. J'ai mes propres armes. Les animaux partent avant, ils ont peur de moi. Souciez vous plutôt pour vous. »

Peu de temps après qu'elle ait dit ceci, son nez se mit à saigner abondamment, coulant le long de sa bouche et de son menton. Arthur n'eut pas le temps de comprendre ce qu'il se passait qu'une flaque de sang se formait déjà au pied de la vagabonde. Rapidement, elle tourna les talons et se mit à marcher vers une direction inconnue, cherchant quelque chose, sûrement pour atténuer son terrible saignement de nez.

Mais Desado ne cessait de s'agiter, sa queue fouettant le vent avec hargne, ses sabots martelant le sol dans une débauche d'énergie. Les yeux rivés sur la demoiselle qui se trouvait face à son maître, il soufflait avec force, ses naseaux s'évasant au rythme de sa lente respiration. Le grand cheval noir avait les oreilles rabattues sur son crâne, et il n'arrêtait pas de tourner la tête de tous les côtés, comme attaqué par de foutus moustiques. Ses flancs se gonflaient fort, tandis qu'il soufflait par ses naseaux largement dilatés. Ca n'allait pas. Quelque chose clochait en ce beau matin ensoleillé. Quelque chose d'étrange. Un frisson parcourut l'équidé qui tirait sur sa longe, tentant de se rapprocher du jeune héritier. Il était tourmenté, distrait, mais pour quelle raison ? Il ferma les yeux, tout en tirant de toutes ses forces sur la corde qui le tenait captif. Une image se dessina dans le vide béant qui s'offrait à lui. Une image abstraite, mais représentant le danger en lui-même. Avec vivacité, il se cabra puis rua, donnant un puissant coup de sabot dans l'arbre et dont les branches ployèrent légèrement à ce contact. Quelque chose n'allait pas, il sentait son maître en danger. Arthur, qui suivait Lucinda, se retourna et regarda son destrier, tout énervé.

« Partez devant, je vous rejoindrais. » lança t-il à la demoiselle en lui adressant un petit clin d'œil. Puis il entreprit de détacher son fidèle Desado et de le rassurer. « Hé, mon beau ! Tout doux ! Tu n'as rien à craindre. » Mais le grand noir ne s'arrêtait pas pour autant. Au contraire, il voulut même foncer droit sur la jeune femme mais le Prince l'en empêcha, le ramenant vers lui. Autoritaire, il leva une main vers sa croupe, pour lui faire comprendre qui était le chef, mais ne le frappa pas. « Vas-tu te calmer, oui ?! » Longe en main, il se mit à le caresser pendant un moment, le calmant.

._._._._._._._._._._._._._._._._._.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-t-isa.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Autant En Emporte Le Vent ~   

Revenir en haut Aller en bas
 
Autant En Emporte Le Vent ~
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ❝ Le chant de l'eau, le murmure du vent. ❞
» '' Arya, Brise de vie, vent de folie ''
» Vive le vent
» Et soudain surgit face au vent le vrai héros de tous les temps. (Tristan)
» Elle va partout où le vent l'emporte (Dawn)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Rp :: Fini-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit